Axe n°1 : Clarifier les relations entre la structure du paysage et l’abondance et diversité des amphibiens et reptiles.

 

Les bocages sont caractérisés par des fonctionnements écologiques particuliers. L’effet réseau que procurent les haies associé à l’effet mosaïque dû à l’hétérogénéité des parcelles, des milieux semi-naturels ainsi que l’effet tampon offert par la mosaïque des milieux, sont autant de facteurs qui influencent la biodiversité, les peuplements ainsi que les populations de ces paysages (Baudry et Jouin 2003).

Nous voulons clarifier la relation existant entre la structure de l’habitat et du paysage et les capacités d’accueil. Nous voulons considérer à la fois la présence, l’abondance et de diversité des amphibiens et des reptiles.  Les travaux sur les reptiles et amphibiens qui intègrent l’échelle du peuplement sont peu nombreux. Une étude pilote (Boissinot, A, 2009)  a été menée sur le peuplement d’amphibiens d’une région bocagère de l’ouest de la France. Ce travail a mis en évidence l’importance de certains compartiments paysagers pour les amphibiens en milieu bocager. Il servira de base au programme afin de clarifier le rôle du réseau de haies (intérêts des lisières) et l’importance des milieux périphériques (prairies humides, dépressions temporaires boisées et prairiales…) particulièrement présents en milieu bocager.

Couleuvre verte et jaune. © G. Koch
Couleuvre verte et jaune. © G. Koch

Illustrations : Maryvonne Lorgeré